Message du Gouvernement Princier

  • Le 14/04/2020

 

Le 14 avril 2020


Mesdames, Messieurs,
Suite à de récentes polémiques concernant le statut et les objectifs de la Principauté, Son Altesse Sérénissime et moi-même avons pris la décision de nous adresser à vous via ce communiqué afin d’expliquer plus clairement les intentions du Gouvernement et de Bérémagne en tant qu’institution.

Dans un premier temps, il est nécessaire de rappeler que la Principauté Indépendante et Souveraine de Bérémagne n’est, à ce jour qu’une micronation et qu’en tant que tel, n’est pas reconnue comme indépendante par les nations officielles ou par les organismes transnationaux. L’entité que nous appelons « Principauté » est enregistrée auprès du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies, en tant qu’administration, mais pas en tant qu’Etat.

Les institutions de Bérémagne n’ont pas pour vocation de proclamer un Etat indépendant, hissant des personnalités au sommet d’entités devenant ainsi incontrôlables. Non. Le but de cet Alter-Etat est de promouvoir des idées, de débattre entre citoyens, et de créer, imaginer ensemble ce que serait un système politique parfait. Bien évidemment, les décisions que nous prenons au sein du Gouvernement n’ont aucun impact direct sur les citoyens, qui ne peuvent d’ailleurs pas abandonner leur nationalité d’origine pour la citoyenneté Bérémie. Il s’agit d’une « Citoyenneté Alternative » comme la qualifiait le Prince Jean-Pierre IV d’Aigues-Mortes. Le Gouvernement Princier ne dispose ni de pouvoir politique, ni de pouvoir judiciaire réel, et est contraint d’évoluer en respectant les lois promulguées par le Canada. Bien évidemment, le pouvoir moral ne peut être ignoré, et nos autorités en ont conscience. Cependant, il demeure très important de préciser que lors de l’attribution de la citoyenneté « Au nom du Prince », l’individu en question ne prête pas allégeance au Prince, mais aux idées qu’il va débattre.

Le Prince de Bérémagne et moi-même n’assurons que les fonctions suprêmes, nécessaires au bon fonctionnement de la Principauté, et tenons à ce que ces rôles ne soient pas confondus avec les personnalités courantes que nous pouvons avoir. Ainsi, vu que la Principauté n’est pas reconnue internationalement, l’identité micronationale reste séparée de l’identité officielle des membres du Gouvernement. Le Prince et le Ministre d’Etat demeurent des citoyens normaux, aux yeux de la loi, et doivent le demeurer.

Récemment, Nous avons pu entendre de plusieurs sources différences des jugements erronés sur les objectifs de notre Alter-Etat, comme quoi il pourrait ressembler à une secte ou à d’autres organismes aux buts douteux.
Par ce communiqué je tiens à rappeler qu’une secte a pour but de contrôler mentalement les membres, de s’approprier leurs biens, de les voler et/ou de les menacer. C’est pour cela que nous nous devons de rappeler aux citoyens et aux non-citoyens que les autorités princières ou gouvernementales de la Principauté ne vous demanderont jamais de façon obligatoire une participation financière à l’élaboration de ce projet. Aussi, les citoyens et citoyennes demeurent tout à fait libre de se détacher de leur citoyenneté à tout moment. Cependant, il est évident que la principauté ne fonctionnant pas gratuitement (site internet etc…), les dons personnels demeurent les bienvenus.

Les institutions de la Principauté n’ont pas de religion officielle, ni d’idéologie officielle. Le Prince et le Ministre d’Etat se doivent de garder toutes leurs convictions pour eux-mêmes, afin de ne pas influencer les citoyens, ainsi que le bon fonctionnement des institutions. La Principauté de Bérémagne continuera, Nous l’espérons longtemps d’exister, prônant pour toujours les mêmes valeurs, et poursuivant les mêmes but sociaux et intellectuels qu’aujourd’hui.

Ce communiqué a pour but évident de mettre un coup d’arrêt aux rumeurs et mauvais jugements envers les micronations et particulièrement envers la nôtre, dont nous sommes fiers.

 

Au nom du Gouvernement